Lili dans le métro

Je ne vous parle pas aujourd’hui du roman phare de Raymond Queneau (bien que je l’ai lu cet été) mais véritablement de ce formidable moyen de transport qu’est le métro.
Avant ma rentrée au lycée (eh oui, encore elle), le métro ne faisait pas partie de mon quotidien, je ne l’utilisais que pour me rendre à mon cours de théâtre (toujours bien accompagnée, il faut le souligner) ou bien le weekend pour me déplacer dans Paris.
Je n’en avais jusqu’alors pas l’usage pour mes migrations pendulaires (le trajet maison-travail pour ceux qui n’ont plus en tête leurs cours de 3e).
Mais désormais j’ai le droit à ma dose de métro 2 fois par jour, et je peux vous dire que c’est un vrai délice.

Voilà la liste non-exhaustive des choses que je fais pendant environ 35 minutes matin et soir:
– répondre aux sms que j’ai conservés exprès de la veille pour donner l’impression d’avoir une vie sociale
– observer les gens
– me demander d’où ils viennent et où ils vont
– supposer qu’ils vont dans mon lycée avant de les voir quitter le wagon deux stations plus tard
– compter les stations/énumérer dans ma tête les noms des stations qu’il me reste
– vérifier l’heure
– vérifier que j’ai mes affaires
– rester 5 secondes sur un jeu avant d’être poussée par les nouveaux arrivants ou les gens souhaitant partir
– mettre mon sac à dos devant moi pour éviter de frapper mes pauvres voisins
– regarder ma tête de déterrée dans la vitre d’en face (faisable uniquement quand le wagon est peu rempli)
– penser à ce que je dois faire en rentrant (faisable principalement au retour)
– penser à ce qui m’attend en cours (faisable principalement à l’aller)
– croire que je suis en retard
– réaliser que je suis en avance
– tenter de ne pas tomber/d’être balancée contre les parois
– compter le nombre de personnes sur leur téléphone
– faire un sourire crispé aux gens dans la même galère que moi qui croisent mon regard
– attendre Saint-Lazare pour renouveler les passagers
– chercher des idées d’article
– faire Cristina Cordula mentalement

Un métro trop kawaii(iiii)!

Ca vous parait beaucoup, mais il y a encore plus de choses que je ne fais pas dans le métro!
– faire du pole dance sur les barres
– communiquer avec des personnes que je ne connais pas
– écouter d’autres chansons que celles ajoutées à ma playlist de rentrée
– m’asseoir sur les genoux des passagers quand je sens un petit coup de mou ou une secousse violente
– surfer sur l’Internet
– raconter ma vie amoureuse au téléphone pour être assurée de la partager avec tout le wagon
(bon pour ça il faudrait déjà que j’ai une vie amoureuse…)
– combler le « ptit creux » que j’ai toujours sur le chemin du retour
– trouver les stations chaleureuses et belles
– lire plus de 7 pages de suite
Et j’en passe…
Donnez-moi des idées de choses à faire dans le métro, parce que ça devient vite lassant et répétitif.
Je vous aime encore plus que mes migrations pendulaires, et c’est pas peu dire.
xx
Lili.

P.S.: cet article n’a pas été écrit dans le métro, malgré le fait que ça aurait été super swagilicious.

Publicités

4 réflexions sur “Lili dans le métro

  1. je ne prends pas le métro, mais c’est probablement ce que je ferai aussi ahah ! 😸
    si jamais tu te lasses, lance toi des défis cons, ça occupe bien je pense.🚇
    la bise 🚀 (non je ne me déplace pas en fusée)(malheureusement 🚀)

    J'aime

  2. Ah mais cet article est fait pour moi haha ! Cette année je vais me taper 1h de rer/métro à l’aller et 1h au retour, la fac est loooin de chez moi 😓
    J’aime bien aussi essayer de deviner la signification des tags qu’il y a dans le métro.
    Bisous 😘

    J'aime

  3. ooooh le métro aux heures de pointe c’est le pire truc au mooooonde my god (nan en fait le BUS aux heures de pointes en été c’est encore pire je crois bien) je te soutiens mentalement!
    Parfois je fais des sourire aux gens lol et sinon une fois un gars a commencé une conversation avec moi par rapport à ma montre parce qu’il était collectionneur (mais il était jeune et plutôt mignon et il avait presque la même montre que moi enfin bref on s’en fout) et c’était cool! tu peux aussi faire des courses avec le temps, aussi, genre « bon à 54 je suis à place d’Italie » et en fait t’arrives à 53 et tu te sens fière d’avoir battu ton propre record, hmmm quoi d’autre… ah, tu peux prendre les gens bizarres en photo (mon ancien prof d’anglais nous avait avoué qu’il faisait ça, j’ai jamais tenté mais pourquoi pas), y a pas mal de choses à faire, en vrai!
    courage xxx

    J'aime

  4. Personnellement, dans le train, je suis généralement avec ma mère (qui descend une station plus tôt que moi) et du coup, on se partage souvent nos plotkes (ragots, rumeurs, gossips pour celles qui ne parlent pas « belge » ;) ). Ou si on est trop fatiguées, on dort sur l’épaule de l’autre, on va sur Instagram, Facebook, on répond aux SMS. Rien de très folichon quoi…

    J'aime

Un commentaire à faire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s